16 mars 2023

De Directeur Artistique à Product Designer : le pivot est possible !

Après plus de 16 ans en tant que Directeur Artistique, j’ai constaté une chose évidente : mon métier est de moins en moins recherché par les entreprises. Triste constat ! Mais alors, quelle en est la raison ? Comment rebondir face à ce phénomène ? A travers mon parcours, j’ai voulu vous montrer que passer de Directeur Artistique à Product Designer est possible. Je vous livre également quelques conseils pour bien réussir ce pivot !

Personnage pensif
Source : tubikstudio.com


Le boom du métier de Directeur Artistique

Concepteur d'interface
Source : tubikstudio.com

Dans les années 2000, on a pu assister à une vraie révolution ! Certes on changeait de siècle, mais surtout les animations flash ainsi que les sites web ont fait leur apparition ! A cette époque, on parlait de Photoshop 6, Dreamweaver… malheureusement Figma n’existait pas encore !

Toutes les entreprises ont pris un virage important : il leur fallait leur site web. C’est alors que notre métier a fait un bond en avant.
Grâce à cet engouement, j’ai vu de plus en plus de personnes souhaitant devenir Graphiste ou Directeur Artistique. Créer des sites web faisait rêver tout le monde et le métier est alors devenu à la mode. Des écoles publiques d’art comme Boulle ou Estienne se sont spécialisées dans ce domaine et on a pu voir un florilège d’écoles privées se créer afin de répondre à la forte demande. Finalement, ce moment là il n’existait que très peu de formations.

Pour rappel, un Directeur Artistique est garant de la cohérence visuelle d’un site Internet ou d’une application en termes d’image et d’ergonomie. Il doit mettre en place un projet graphique de qualité et diriger une équipe pour y arriver. Il est responsable de toute l’identité visuelle et la ligne artistique d’un projet digital.

L’âge d’or du métier de Directeur Artistique

Pendant presque 10 ans, j’ai connu l’apogée du métier de Directeur Artistique en agence et en freelance. Je faisais pléthore de sites web toute la journée, des visuels, des concepts digitaux… Je m’éclatais, c’était ce que j’avais toujours voulu faire. Il y avait sans cesse de nouvelles choses à créer, c’était un métier en perpétuelle évolution. L’arrivée du mobile et du responsive (c’est le fait d’adapter la contenu au device utilisé) n’a fait qu’accentuer tout cela. Mon métier était vivant : on ne s’ennuyait jamais !
C’est en 2013 que j’ai commencé à entendre parler pour la première fois parler d’ergonomie et d’expérience utilisateur. J’ai d’ailleurs lu le célèbre livre de Steve Krug Je ne veux pas chercher : une véritable RÉVÉLATION. Désormais une question me trottait en permanence dans la tête : comment rendre mes sites et applications mobiles plus fonctionnels et intuitifs ? Ces nouvelles compétences venaient nourrir mon envie de progresser et de créer de façon plus pertinente.

Prendre le tournant au bon moment : l’UX Design me voilà !

À partir de 2013-2014, le métier d’UX Designer a commencé à se démocratiser. On entendait un peu partout parler d’UX Designer. C’était le nouveau terme à la mode mais beaucoup ne savaient pas le définir à sa juste valeur. Petit rappel, l’UX Design est l’ensemble des techniques permettant de penser et créer une interface, répondant aux attentes de l’utilisateur lors de la conception d’une plateforme : site web ou application mobile ; et l’UX Designer a pour rôle de rendre l’expérience facile, agréable et satisfaisante pour les utilisateurs. Pour la petite anecdote, on pouvait même trouver sur le marché du travail des annonces de développeurs UX, ce qui n’avait aucun sens !

En France, l’UX à mis un certain temps avant de se faire accepter par les entreprises. Il aura fallu quelques années pour qu’elles commencent à comprendre l’intérêt (essentiel, inévitable, incontournable…dirais-je) d’une bonne expérience utilisateur. C’était l’essor des métiers en rapport avec l’expérience utilisateur comme UI Designer, UX Researcher, UX Writer… Vous l’aurez compris, c’est à ce moment là que le marché du travail a commencé à moins s’intéresser au métier de Directeur Artistique.

Pour autant, ce métier n’a pas disparu. Il a évolué, comme une graine se transforme en arbre, tout en conservant ses racines et son essence.
Dans le digital, les logiciels, les méthodologies et les tendances changent très rapidement, il faut simplement réussir à pivoter au même moment pour ne pas être dépassé.

J’ai alors pris ce tournant, je me suis lancé dans une formation en UX Design, ce domaine qui me passionnait tant.
J’étais animé par le désir de vouloir concevoir différemment mes interfaces. En effet j’étais convaincu que le design c’est bien mais le design centré utilisateur, c’est encore mieux. Je ne me prétends pas UX Designer, mais j’ai acquis des méthodologies afin de mieux répondre aux attentes des utilisateurs. En un mot, j’évolue !

Alors comment mettre en valeur ces nouvelles compétences sur le marché du travail ?

Le conseil que l’on m’a donné était simple : changer l’intitulé de mon poste de Directeur Artistique en UI Designer ! L’objectif était également de montrer que j’avais la capacité de créer des concepts et une charte graphique car n’oublions pas, que j’ai les compétences d’un Concepteur d’Interface (appelé aussi, UI Designer) tout en ayant celles d’un Directeur Artistique. C’est là toute la différence car ce n’est pas forcément le cas de tous les UI Designer. Pour rappel : L’UI Designer est chargé du design graphique de l’interface, lien entre l’utilisateur et le produit ou service. Il se charge de toutes les étapes du design graphique, du brief à la livraison de la charte graphique en passant par les pistes graphiques, maquettes et déclinaison d’écrans.

Voilà comment j’ai répondu à la demande du marché et à ce que recherchaient les entreprises sans perdre mon ADN. Autant vous dire que cette évolution aura été un pari gagnant car me voilà aujourd’hui chez Frontguys. Génial, non?!

Product Designer, un métier complet !

Equilibriste
Source : tubikstudio.com

Le métier de Product Designer est assez nouveau dans le milieu du digital, c’est pour cela qu’il n’y a pas de définition stricte. Vous avez l’impression de relire le paragraphe précédent ? N’oubliez pas… c’est un domaine en perpétuelle évolution !
En fonction des entreprises, de son expérience et de sa spécialité, le métier de Product Designer ne sera pas identique d’une personne à l’autre. Les parcours sont très divers mais il y a là encore des racines et un socle commun. Certains Product Designers ont plus de compétences en UI, comme moi par exemple, et d’autres en UX. Il n’est pas impossible, à la vitesse où le digital évolue, qu’il y ait de nouvelles appellations dans le futur en fonction des spécialités, comme nous avons pu le voir dans l’UX (UX Designer, UX Researcher…).

Le fer de lance d’un Product Designer, selon moi, est de chercher à définir les problématiques d’un produit et à les résoudre, tout en suivant son cycle de vie pour atteindre des objectifs stratégiques et techniques d’entreprises. Il est orienté résultats, c’est-à-dire que tout ce qu’il va livrer avec son équipe, doit apporter de la valeur pour les utilisateurs et pour les enjeux de l’entreprise. Lorsqu’on travaille avec une méthode produit, il est important de concevoir dans une logique MVP (minimum viable product) c’est-à-dire de livrer une première version viable sans forcément chercher la perfection, en y apportant bien évidemment de la valeur et en l’améliorant par la suite.

Si on aborde rapidement les soft skills pour être un bon Product Designer, je vais en citer 2 qui me semblent essentielles :

  • L’empathie, pour bien comprendre les problèmes des utilisateurs.
  • La collaboration et la communication avec les équipes produits car tous les rôles sont complémentaires. Vous verrez, les Product Owners et Front Dev seront vos meilleurs amis.

Alors, cette évolution en Product Designer, ça se passe comment ?

product designer
Source : tubikstudio.com

Naturellement j’aurai pu évoluer vers un métier UI Designer mais j’avais envie d’acquérir de nouvelles compétences et d’intervenir de façon différente. Résultat : j’ai élargie mon scope de compétences et j’ai désormais une vision plus 360°. De plus grâce à mes missions, j’ai pu me former aux méthodes agiles Scrum et Kanban, au double diamant, en découvrant les problèmes des utilisateurs et en cherchant à les résoudre à travers un produit.

J’apprends tous les jours de nouvelles choses et j’adore ça ! Je suis heureux de sortir de ma zone de confort. Le monde de l’agence et celui du Produit sont très différents de la conception, il me reste encore du chemin à faire avant d’être un Product Designer aguerri… Mais je ne lâcherai pas, et comme on dit, Rome ne s’est pas construite en un jour !

Pour terminer, si vous souhaitez avoir plus de précisions sur ces métiers, je vous laisse découvrir cette vidéo très intéressante réalisée par Basti UI :

Vidéo : UX/UI ? Product Designer ? Reconversion et Métiers du Web
Source : BastiUI



———-

Frontguys recrute de nouveaux talents
Pour consulter nos offres, c’est par ici !

Suggestions

6 avril 2021
Visuel qui représente la culture du design avec une équipe qui défini ensemble une démarche de design par exemple.

Comment Steve Jobs expliquerait l’intérêt de la culture du design pour une organisation ?

C’est quoi la culture du design ? La culture du design est un terme chargé, souvent utilisé et rarement compris....
Comment Steve Jobs expliquerait l’intérêt de la culture du design pour une organisation ?
15 mars 2021

Designers, créez une relation de confiance avec vos collègues

Les entreprises commencent à prendre conscience de la valeur du design dans leur organisation. Cependant, nous retrouvons encore du travail...
Designers, créez une relation de confiance avec vos collègues